De l’art d’être un facilitateur…

…pour estimer, planifier, piloter, évaluer, capitaliser …ou plus simplement pour rendre le boulot des autres plus facile et leur permettre d’atteindre leurs buts.

FACILITER, cela consiste à aider un groupe, une ou des personnes, à apprendre, explorer, trouver des solutions, atteindre un consensus….

Delphi, Metaplan, Planning Poker, Priority Poker, Scrum, Retrospective… ces quelques pratiques, aux noms exotiques, attestent de l’omniprésence de la dimension facilitation dans nos projets de développement informatiques, dimension qui prend davantage de relief dans une perspective agile. Cruciales, les techniques de facilitation ont une rubrique dédiée sur ce blog.

  • Faciliter pour estimer

La méthode Delphi (consultation d’experts soumis à des vagues successives de questionnement sur un sujet précis pour viser convergences et consensus) et son dérivé, le Planning Poker, pour l’estimation des User Stories en sont la plus belle illustration. Le modérateur y joue un rôle crucial (que je développerai dans un autre billet). Appliquer la technique d’estimation des points de cas d’utilisation nécessite aussi de faciliter les échanges entre analystes, architectes …

  • Faciliter pour planifier

Définir d’une part le contenu (high level au départ puis affiné au fur et à mesure) des itérations (et release), et d’autre part la vélocité de ces dernières nécessite la collaboration active de différents acteurs. Faciliter les échanges de ces parties-prenantes, sur la base de l’analyse des risques par exemple (on parle de Pilotage par les risques) est souvent nécessaire. Le Priority Poker va dans ce sens.

  • Faciliter pour suivre et piloter

Les réunions de début et de fin d’itération sont des exemples trés concrets. Le SCRUM en est le plus bel exemple, l’art de faciliter par excellence! Un scrum (« mêlée »), est une réunions d’équipe projet d’environ 15 min qui a lieu 2 à 3 fois par semaine et articulée autour de 3 questions : Qu’as tu fait depuis le dernier scrum ? Qu’est ce que tu dois faire ? Qu’est ce qui t’empêche de faire ton travail ? Le SCRUM est d’ailleurs selon moi l’outil de gestion de projet le plus performant.

  • Faciliter pour évaluer et capitaliser

On pourrait parler des réunions de fin d’itération, fin de phases ou release, mais je pense davantage aux bilans de fin de projet et à la technique du METAPLAN. Cette technique consiste à réunir l’équipe projet et à échanger sans censure ni réglement de compte, sur 5 ou 6 thèmes (préparation individuelle de 10 minutes, lecture à tour de rôle et la présence indispensable d’un facilitateur pour noter le tout, cadrer les échanges et orienter les débats vers des points à améliorer, à capitaliser …)

Enfin, FACILITER, ça se joue au quotidien pour un Ergonome ou consultant Expérience Utilisateur quand il s’agit de conduire des Tests Utilisateurs (et croyez-moi on ressort fatigué d’une session de test d’1h bien menée !), d’organiser des ateliers de recueil et d’expression des besoins (use cases, user stories) et des ateliers de conception; la facilitation devient alors l’ingrédient essentiel de ces workshops ou ateliers de travail.

1 310 views

2 thoughts on “De l’art d’être un facilitateur…

  1. Monsieur,
    Toutes les explications que j’ai autour de la facilitation tourne autour de conference, meeting…Si une compagnie a un probleme pour acquerir une connaissance, un materiel, un service est-ce la la facilitation ou pas ?

  2. Pingback: Le Web Accessible

Comments are closed.