Cas d’utilisation UML … oui mais …

N’oubliez pas qu’un cas d’utilisation est avant tout TEXTUEL, et n’associez donc pas aussi radicalement ce cas d’utilisation (Use Case) au diagramme UML: privilègiez plutôt la démarche.

En effet, se lancer dans la rédaction des cas d’utilisation, pour décrire un besoin fonctionnel (spécifications), c’est se lancer dans une véritable démarche d’analyse, progressive, parfois lente, parsemée d’ateliers de travail, d’entretiens …
C’est aussi adopter une vraie réflexion en termes d’utilisateurs (acteurs), de buts et de tâches.
Croyez-moi, c’est bien là l’essentiel.

Le diagramme des cas d’utilisation UML (« Use Case diagram ») est quant à lui trés précieux pour bénéficier d’une vue globale sur l’application; il permet de visualiser immédiatement les liens entre acteurs et cas d’utilisation, ou encore de délimiter explicitement les différents packages. « Modéliser graphiquement » est un principe du Processus Unifié (ceci dit toujours fonction des destinataires), donc le diagramme des Use Cases ne doit pas absolument pas être négligé !

Pour ma part, ce n’est pourtant pas le diagramme qui m’a séduit …

j’ai découvert les cas d’utilisation en 2000 quand j’étais consultant au Luxembourg et j’ai très rapidement perçu, en les construisant (et grâce à de bons mentors), la forte complémentarité à la fois avec la démarche Ergonomique (profil utilisateurs, réflexion sur les buts et scénarios, UCD …) et avec les activités, livrables de l’Ergonome ou Designer d’interaction (Personas, Storyboard, Diagramme de Tâches, Wireframes).

Le fait que les cas d’utilisation se focalisent seulement sur le Quoi (Fonctionnel et Métier) _c’est une règle d’or_, sans décrire les éléments d’interfaces (Ecrans et enchaînement), laissés aux spécialistes de l’IHM, est aussi un élément que j’ai beaucoup apprécié, selon moi un vrai point fort.

Modéle générique de cas d’utilisation

Donc, depuis tout ce temps, j’évangélise … en insistant principalement sur 6 points :

  • La démarche de découverte et de construction progressive des cas d’utilisation: l’essentiel
  • La forte adéquation avec le développement itératif (dans l’estimation, la priorisation, la planification, le traitement)
  • La complémentarité avec le travail de l’Ergonome
  • La lisibilité, le formalisme des cas d’utilisation (élément clé de son efficacité et de son acceptation par les équipes)
  • La gestion des modifications (pas si simple que ça!)
  • Le lien fort avec les cas de tests et une approche de validation fonctionnelle (c’est l’idéal!)

… Et je recommande toujours « Rédiger des cas d’utilisation efficaces », d’Alistair Cockburn, la référence que je conseille à tous ceux qui souhaitent s’attaquer à l’analyse système ou mètier.
Enfin, même si aujourd’hui je me retrouve davantage dans les User stories, je reste convaincu de la pertinence des cas d’utilisation dans pas mal de contextes … quand ils sont bien rédigés 🙂

Une réflexion au sujet de « Cas d’utilisation UML … oui mais … »

  1. Ping : David GARDUNO

Les commentaires sont fermés.